< Partager

[Motiver et engager à distance] Les enseignements du sport de haut niveau sur la fan experience

Un Tour de France qui commence au mois d’août. Roland-Garros qui débutera au mois de septembre et un Euro de Football qui n’a pas eu lieu… Face à la crise sanitaire, le secteur a également fait sa mue digitale pour fournir aux sportifs et aux spectateurs à distance une fan expérience et une « top athlete experience » qui peuvent être autant de sources d’inspiration pour engager un internaute à distance, toucher de nouveaux publics et les convertir via de nouveaux formats digitaux voire les fidéliser dans la durée. Florilège de nouveautés.

Hologramme et plateau de réalité mixte à l’US Open

A l’US Open de New York, aucun spectateur n’est évidemment présent dans les gradins depuis son lancement le 31 août. Le buzz médiatique tient de la prouesse technologique : EuroSport Londres a dévoilé un nouveau dispositif de réalité mixte. Le plateau TV retransmet ainsi en direct un hologramme du sportif interviewé. En l’occurrence la tête de série N°1, Karolina PLiskova. Une première dans le monde du sport et des médias ? Pas vraiment, car le média spécialiste du sport de haut niveau avait déjà notamment itéré sur le sujet en 2015 avec Novak Djokovic. Quelques heures avant sa rencontre des huitièmes de finale de l’Open d’Australie, Novak Djokovic s’est ainsi produit sur scène aux côtés d’un hologramme du musicien australien Keith Urban pour une durée de 20 secondes.

 

Bruits factices pour la fan experience dans le football

D’autres sports ont fait un autre pari pour pallier le manque de spectateurs et l’ambiance qui transpire des stades lors des compétitions majeures. En atteste, l’exemple de la Ligue des Champions. Les équipes de production de l’UEFA ont décidé de faire bénéficier aux téléspectateurs d’une « fausse ambiance » de match. L’UEFA a recours à un prestataire qui envoie et adapte les sons selon la phase de jeu pour ensuite les transmettre à tous les diffuseurs européens. Dans ce dispositif, l’objectif est celui d’apprécier un match dans une ambiance qui reproduit encouragements mais aussi sifflets et broncas. Une façon d’éviter le huis clos souvent synonyme dans le football d’une sanction qui vise à limiter les débordements dans les stades.

Engager les sportifs de haut niveau

Côté football, cette expérience sonore et digitale n’a profité qu’aux seuls téléspectateurs et internautes ; les joueurs, eux, étant dans les conditions d’un stade vide. Le douzième homme, comme on l’appelle, pour rappeler le rôle crucial des supporters, a donc ainsi cruellement manqué aux jours du PSG le 23 août dernier… C’est sans doute pour répondre à ce manque d’encouragements des sportifs de haut niveau qu’aux États-Unis, la fédération de basket-ball a décidé de remplir sans risques ses gradins. Depuis le 30 juillet, les arènes de basket se sont décorées d’écrans géants devant les tribunes. L’idée ? Diffuser le visage et le haut du corps de 300 fans filmés en direct. Et surtout faire profiter de la réaction des internautes aux sportifs de haut niveau. Concrètement, têtes et hauts du corps sont détourés pour donner l’impression qu’ils sont assis côte à côte dans les gradins. D’un point de vue technologie, la NBA a fait le choix de Teams de Microsoft, solution qui permet également à chaque spectateur de converser et de voir les 299 autres personnes présentes en ligne. Reste à savoir si les contraintes sanitaires feront de l’hologramme et de ces nouveaux dispositifs un must-have pour les années à venir.